Toutes les nouvelles

Les taux obligataires repartent à la hausse

Le marché boursier aux États-Unis a commencé la semaine en force soutenu par l'Accord États-Unis-Mexique-Canada (AEUMC) conclu dimanche soir. L'impulsion positive a toutefois été éphémère alors qu'une liquidation sur le marché obligataire a fait chuter la Bourse américaine dès mercredi. Les investisseurs semblent porter une plus grande attention sur les prochaines hausses de taux directeurs que devrait décréter la Réserve fédérale (Fed). L'indice S&P 500 affichait une perte hebdomadaire de plus de 1 % au moment d'écrire ces lignes. Malgré l'amélioration des relations entre le Canada et les États-Unis, la Bourse canadienne a aussi évolué à la baisse cette semaine. L'AEUMC devra être ratifié pour véritablement entrer en vigueur et les investisseurs sur le marché canadien semblent rester prudents en raison aussi d'autres risques, comme l'endettement élevé des ménages et la difficulté qu'ont les pétrolières canadiennes à profiter de l'augmentation des prix mondiaux de l'or noir. Au final, l'indice S&P/TSX a perdu presque 1 % sur la semaine.

Les taux obligataires ont surgi mondialement mercredi et maintenaient leurs gains au moment d'écrire ces lignes. La vigueur de l'économie et la poursuite du resserrement monétaire semblent finalement avoir rattrapé le marché obligataire. Aux États-Unis, la pente des taux s'est agrandie alors que le taux de deux ans s'est installé à près de 2,90 % et celui de dix ans, à près de 3,25 %. Les taux canadiens avaient déjà eu une poussée lundi après l'annonce de l'AEUMC, puis ils ont poursuivi leur montée mercredi. Vendredi matin, le taux de deux ans et celui de dix ans s'affichaient respectivement aux environs de 2,30 % et de 2,60 %.

L'annonce de l'AEUMC a donné un élan au dollar canadien en début de semaine, ce qui lui a permis de regagner la barre de 0,78 $ US. L'effet n'a cependant pas duré alors que l'inquiétude ambiante sur les marchés a avantagé le dollar américain contre la plupart des devises. Au moment d'écrire ces lignes, le dollar canadien se maintenait tout de même au-dessus de 0,77 $ US. Les bons chiffres d'emploi au Canada n'ont pas généré beaucoup de mouvement sur la devise. Ailleurs dans le monde, l'euro a particulièrement été affecté par les craintes liées à la dette publique italienne et est descendu sous 1,15 $ US durant la semaine. La livre sterling s'est dépréciée à près de 1,29 $ US, mais s'est vite relevée à près de 1,31 $ US à la suite de rumeurs de progrès dans la négociation du Brexit.

Auteurs: 
Hendrix Vachon, économiste principal
Carine Bergevin-Chammah, économiste

Lire la nouvelle dans son entièreté.

Chacun des conseillers de Valeurs mobilières Desjardins (VMD) dont le nom est publié en page frontispice du présent document ou au début de toute rubrique de ce même document atteste par la présente que les recommandations et les opinions exprimées aux présentes reflètent avec exactitude les points de vue personnels des conseillers à l’égard de la société et des titres faisant l’objet du présent document ainsi que de toute autre société ou tout autre titre mentionné au sein du présent document dont le conseiller suit l’évolution. Il est possible que VMD ait déjà publié des opinions différentes ou même contraires à ce qui est ici exprimé. Ces opinions sont le reflet des différents points de vue, hypothèses et méthodes d’analyse des conseillers qui les ont rédigées. Avant de prendre une décision de placement fondée sur les recommandations fournies au présent document, il est conseillé au receveur du document d’évaluer dans quelle mesure celles-ci lui conviennent, au regard de sa situation financière personnelle ainsi que de ses objectifs et besoins de placement.

Toutes les nouvelles Nouvelle précédente Nouvelle suivante

Haut de page