Toutes les nouvelles

L’inquiétude regagne les marchés

La semaine a commencé au ralenti alors que des données manufacturières décevantes en Europe ont souligné le ralentissement économique dans la région.  La séance de mardi a été plus tumultueuse sur les marchés boursiers alors que les investisseurs se sont inquiétés de la chute de la confiance des consommateurs américains et des troubles politiques aux Etats‑Unis.  Le président Donald Trump fait face à une menace de destitution parce qu’il aurait possiblement utilisé son pouvoir pour contraindre le président ukrainien à enquêter sur un de ses opposants politiques. Cette incertitude s’ajoute aux craintes déjà bien présentes quant à la santé de l’économie mondiale.  Les commentaires positifs du président américain sur les perspectives d’un accord avec la Chine, mercredi, ont permis à la Bourse de rattraper une partie de ses pertes.  Toutefois, l’incertitude a continué de peser sur les marchés boursiers le reste de la semaine, notamment vendredi, après la publication de nouveaux indicateurs décevants en Chine et en Europe. Vendredi matin, l’indice S&P 500 se dirigeait vers une perte hebdomadaire d’environ 0,5 %. L’indice S&P/TSX affichait des pertes plus importantes au moment d’écrire ces lignes, soit d’environ 1 %, en raison de la baisse du prix de l’or et du pétrole.

Les taux obligataires américains se sont repliés au milieu de la controverse politique et de la hausse de l’inquiétude.  Ils se sont légèrement relevés de leur creux hebdomadaire de mardi, mais demeurent plus faibles que la semaine dernière.  Les taux de 2 ans et de 10 ans s’établissaient autour de 1,65 % et de 1,70 % respectivement vendredi matin. Au Canada, le taux de 2 ans se maintenait près de son niveau de la semaine dernière, permettant de refermer l’écart avec son équivalent américain.  Le taux canadien de 10 ans s’est néanmoins affaibli et s’approchait de 1,35 % au moment d’écrire ces lignes.

Le regain d’inquiétude sur les marchés a favorisé le dollar américain, même si cette inquiétude est en partie venue des États‑Unis.  L’euro a atteint un creux de plus de deux ans, à près  de 1,09 $ US.  La devise commune a notamment éépéalisé par les données économiques décevantes concernant le secteur manufacturier et la confiance en Europe. La livre sterling a elle aussi cédé du terrain.  Elle est passée de 1,25 $ US en début de semaine à près de 1,23 $ US. Le dollar canadien a mieux fait, aidé par la réduction de certains écarts de taux d’intérêt entre le Canada et les Etats‑Unis.  Au moment d’écrire ces lignes, le huard s’éhangeait aux environs de 0,755 $ US.

Hendrix Vachon, économiste principal

Carine Bergevin-Chammah, économiste

Lire la nouvelle dans son entièreté

Chacun des conseillers de Valeurs mobilières Desjardins (VMD) dont le nom est publié en page frontispice du présent document ou au début de toute rubrique de ce même document atteste par la présente que les recommandations et les opinions exprimées aux présentes reflètent avec exactitude les points de vue personnels des conseillers à l’égard de la société et des titres faisant l’objet du présent document ainsi que de toute autre société ou tout autre titre mentionné au sein du présent document dont le conseiller suit l’évolution. Il est possible que VMD ait déjà publié des opinions différentes ou même contraires à ce qui est ici exprimé. Ces opinions sont le reflet des différents points de vue, hypothèses et méthodes d’analyse des conseillers qui les ont rédigées. Avant de prendre une décision de placement fondée sur les recommandations fournies au présent document, il est conseillé au receveur du document d’évaluer dans quelle mesure celles-ci lui conviennent, au regard de sa situation financière personnelle ainsi que de ses objectifs et besoins de placement.

Toutes les nouvelles Nouvelle précédente Nouvelle suivante

Haut de page