Toutes les nouvelles

L’inquiétude augmente d’un autre cran avec les tarifs annoncés pour le Mexique

Les marchés boursiers étaient optimistes lundi après la victoire des partis pro-Europe aux élections européennes. La Bourse américaine n’a toutefois pas profité de ce rebond alors qu’elle était fermée pour le jour du Souvenir. Mardi et mercredi, une escalade des tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine a ramené les inquiétudes et pénalisé la Bourse. D’autres mauvaises nouvelles économiques en Allemagne mercredi ont amplifié les craintes concernant la santé de l’économie mondiale. Les données économiques publiées jeudi aux États-Unis ont eu un effet négligeable sur la Bourse alors que les investisseurs se concentraient sur le conflit commercial. Le sentiment sur les marchés s’assombrissait vendredi matin avec les menaces des États-Unis d’imposer des tarifs de 5 % sur tous les biens mexicains. En somme, l’indice S&P 500 affichait une perte hebdomadaire d’environ 2,5 % au moment d’écrire ces lignes. La performance de la Bourse canadienne était un peu moins décevante alors qu’elle a été aidée par l’optimisme de lundi et le rebond de la demande intérieure au Canada vendredi matin. Au moment d’écrire ces lignes, elle se dirigeait vers une baisse hebdomadaire de près de 1,5 %.

Un repli vers les actifs plus sûrs a fait diminuer les taux obligataires américains, qui ont perdu environ 15 points de base sur la semaine malgré un rebond temporaire mercredi après-midi. Le taux de 2 ans se situe maintenant aux environs de 2,00 % et le taux de 10 ans, autour de 2,15 %. Au Canada, la baisse des taux obligataires a été moins importante en début de semaine, mais s’est amplifiée vendredi. L’écart entre les taux canadiens de 2 ans et de 10 ans se rétrécit. Ces deux taux avoisinaient 1,50 % vendredi matin.

Le degré élevé d’aversion pour le risque a permis au dollar américain de réaliser des gains contre plusieurs devises durant la semaine. La séance de vendredi a cependant été un peu plus difficile pour le billet vert, qui se dépréciait contre le yen, le franc suisse et l’euro. Un des plus gros gains du dollar américain vendredi était contre le peso mexicain, le rapprochant des 20 pesos/$ US en réaction à la menace tarifaire de l’administration Trump. La livre sterling a accentué un peu son repli des dernières semaines et vaut maintenant 1,26 $ US. La dépréciation du dollar canadien a somme toute été limitée sur la semaine. Elle s’est surtout concentrée mardi et mercredi, ce qui a amené le taux de change canadien à 0,74 $ US.

Hendrix Vachon, économiste principal

Carine Bergevin-Chammah, économiste

Lire la nouvelle dans son entièreté

Chacun des conseillers de Valeurs mobilières Desjardins (VMD) dont le nom est publié en page frontispice du présent document ou au début de toute rubrique de ce même document atteste par la présente que les recommandations et les opinions exprimées aux présentes reflètent avec exactitude les points de vue personnels des conseillers à l’égard de la société et des titres faisant l’objet du présent document ainsi que de toute autre société ou tout autre titre mentionné au sein du présent document dont le conseiller suit l’évolution. Il est possible que VMD ait déjà publié des opinions différentes ou même contraires à ce qui est ici exprimé. Ces opinions sont le reflet des différents points de vue, hypothèses et méthodes d’analyse des conseillers qui les ont rédigées. Avant de prendre une décision de placement fondée sur les recommandations fournies au présent document, il est conseillé au receveur du document d’évaluer dans quelle mesure celles-ci lui conviennent, au regard de sa situation financière personnelle ainsi que de ses objectifs et besoins de placement.

Toutes les nouvelles Nouvelle précédente Nouvelle suivante

Haut de page