Toutes les nouvelles

À défaut de pouvoir constamment relever les tarifs, la Chine dévaluera-t-elle sa monnaie?

À l’image des tarifs annoncés par les États-Unis le 6 juillet dernier, les autorités chinoises ont appliqué des tarifs de 25 % sur des biens américains totalisant 34 G$ US. L’escalade tarifaire n’est toutefois pas terminée alors que l’administration américaine étudie maintenant l’application de nouveaux tarifs de 10 % sur 200 G$ US de biens importés de Chine.

La Chine pourrait avoir plus de difficultés à répliquer à cette nouvelle salve. Les échanges bilatéraux sino-américains sont loin d’être symétriques. Les États-Unis importent pour environ 500 G$ US de biens provenant de la Chine et en exportent pour environ 130 G$ US. D’autres options devront être trouvées si la volonté de répliquer coup pour coup est maintenue.

La tentation pourrait notamment devenir forte pour dévaluer le yuan, ce qui rendrait les exportations chinoises plus compétitives sur les marchés internationaux. Le yuan a déjà perdu près de 5 % de sa valeur depuis la mi-juin. L’ensemble des partenaires commerciaux de la Chine sont toutefois affectés par une baisse du yuan. Cela pourrait encourager d’autres pays à adopter des mesures de restrictions commerciales vis-à-vis de la Chine ou à simplement trafiquer leur propre taux de change. Il y a aussi un enjeu important en matière de flux de capitaux. Si les investisseurs anticipent une baisse importante de la valeur du yuan, ils pourraient souhaiter retirer massivement leurs avoirs de la Chine.

Ce sont surtout les avoirs à court terme, comme les investissements de portefeuille, qui pourraient rapidement être déplacés. Les autorités chinoises disposent amplement de réserves de change pour compenser ces flux négatifs de capitaux. Dévaluer le yuan pourrait même nécessiter d’accroître ces réserves, mais ensuite, celles-ci pourraient décliner selon la réaction des investisseurs et rendre plus vulnérable la Chine vis-à-vis d’éventuels autres chocs.

Implications

Les risques en présence laissent croire que les autorités chinoises pourraient être réticentes à dévaluer fortement le yuan. Il reste qu’il y aura peu d’intérêt à le soutenir au cours des prochains mois. Si les mesures commerciales américaines affectent négativement l’économie chinoise, cela générera des pressions naturelles à la baisse sur le yuan. La divergence entre les politiques monétaires américaine et chinoise pourrait aussi affecter le taux de change.

Le repli depuis la mi-juin a ramené la valeur du yuan où elle se situait en début d’année. Plusieurs autres devises ont affiché des mouvements équivalents au cours des derniers mois. La dépréciation du yuan devrait être plus modérée et graduelle d’ici la fin de l’année. Le taux de change demeurera probablement sous 7 yuans/$ US.

Lire la nouvelle dans son entièreté.

Chacun des conseillers de Valeurs mobilières Desjardins (VMD) dont le nom est publié en page frontispice du présent document ou au début de toute rubrique de ce même document atteste par la présente que les recommandations et les opinions exprimées aux présentes reflètent avec exactitude les points de vue personnels des conseillers à l’égard de la société et des titres faisant l’objet du présent document ainsi que de toute autre société ou tout autre titre mentionné au sein du présent document dont le conseiller suit l’évolution. Il est possible que VMD ait déjà publié des opinions différentes ou même contraires à ce qui est ici exprimé. Ces opinions sont le reflet des différents points de vue, hypothèses et méthodes d’analyse des conseillers qui les ont rédigées. Avant de prendre une décision de placement fondée sur les recommandations fournies au présent document, il est conseillé au receveur du document d’évaluer dans quelle mesure celles-ci lui conviennent, au regard de sa situation financière personnelle ainsi que de ses objectifs et besoins de placement.

Toutes les nouvelles Nouvelle précédente Nouvelle suivante

Haut de page