Toutes les nouvelles

Les marchés revoient à la baisse leurs anticipations de resserrement monétaire

La Bourse américaine a augmenté cette semaine, aidée principalement par le bond de mercredi après le discours de Jerome Powell. Le marché semble avoir interprété son message comme un signe que la Réserve fédérale (Fed) sera moins agressive dans sa politique monétaire. Le va-et-vient des commentaires de Donald Trump sur la possibilité d’un apaisement des tensions commerciales avec la Chine a également joué avec le sentiment des investisseurs, mais le marché semble rester plutôt positif. La rencontre du G20 cette fin de semaine devrait amener plus de détails sur leur future relation. L’indice S&P 500 affichait une hausse hebdomadaire d’environ 4 % vendredi matin. Le marché boursier canadien a connu un début de semaine plus négatif, mais il est reparti à la hausse dès mercredi, suivant les mouvements du marché américain. Les difficultés des cours pétroliers continuent de peser sur la Bourse canadienne. Au moment d’écrire ces lignes, l’indice S&P/TSX affichait une hausse d’un peu moins de 1 % par rapport à la semaine dernière.

Les taux obligataires aux États-Unis ont perdu du terrain, surtout mercredi, alors que les investisseurs revoyaient leurs attentes à l’égard des taux directeurs de la Fed. Les taux de deux ans et de dix ans se retrouvaient autour de 2,80 % et de 3,00 % respectivement vendredi matin. Les taux canadiens, quant à eux, se sont affaiblis plus fortement. Les difficultés de GM, la baisse des prix du pétrole et les faiblesses soulevées dans les détails du PIB canadien publié vendredi amènent le marché à remettre en question la position plus optimiste de la Banque du Canada.

Le dollar américain a débuté la semaine en hausse, mais un changement de cap s’est opéré mercredi, alors que les marchés revoyaient leurs attentes à l’égard de la politique monétaire américaine. Avant le ressac du billet vert, l’euro était descendu sous 1,13 $ US. Il s’est ensuite réapprécié. La livre s’est dépréciée sous 1,28 $ US en première moitié de semaine. Elle a cependant moins profité de la faiblesse du dollar américain par la suite, alors que la Banque d’Angleterre a publié des prévisions plutôt pessimistes pour l’économie britannique advenant la concrétisation d’un Brexit sans entente. La baisse des prix du pétrole et d’autres sources d’inquiétude ont contribué à amener le huard aux environs de 0,75 $ US mercredi. Après un bref rebond, il a repris une tendance baissière. La signature du nouvel accord de libre-échange entre les États-Unis, le Mexique et le Canada (AEUMC) a eu peu d’effets sur le dollar canadien et les marchés.

Auteurs: 
Hendrix Vachon, économiste principal
Carine Bergevin-Chammah, économiste

Lire la nouvelle dans son entièreté.

Chacun des conseillers de Valeurs mobilières Desjardins (VMD) dont le nom est publié en page frontispice du présent document ou au début de toute rubrique de ce même document atteste par la présente que les recommandations et les opinions exprimées aux présentes reflètent avec exactitude les points de vue personnels des conseillers à l’égard de la société et des titres faisant l’objet du présent document ainsi que de toute autre société ou tout autre titre mentionné au sein du présent document dont le conseiller suit l’évolution. Il est possible que VMD ait déjà publié des opinions différentes ou même contraires à ce qui est ici exprimé. Ces opinions sont le reflet des différents points de vue, hypothèses et méthodes d’analyse des conseillers qui les ont rédigées. Avant de prendre une décision de placement fondée sur les recommandations fournies au présent document, il est conseillé au receveur du document d’évaluer dans quelle mesure celles-ci lui conviennent, au regard de sa situation financière personnelle ainsi que de ses objectifs et besoins de placement.

Toutes les nouvelles Nouvelle précédente Nouvelle suivante

Haut de page