Toutes les nouvelles

Les marchés boursiers pourraient attraper la grippe

Au moment où l'économie mondiale démontre des signes de reprise, la grippe porcine menace d'entraîner l'économie dans un ralentissement plus profond (moins de voyagement, de tourisme, de visites au restaurant, etc). Ce virus est inquiétant, car il se transmet entre personnes et est déjà la cause de 150 morts au Mexique. La grippe porcine représente la plus grande pandémie depuis le virus du SRAS, qui a atteint un sommet en mars et avril 2003 en Amérique du Nord. Avec un peu de recul, il est malheureusement difficile d'isoler l'effet du SRAS sur les marchés boursiers étant donné que le virus atteignait sa plus grande intensité alors que George Bush finalisait son plan d'invasion de l'Irak. Durant cette période, les marchés avaient baissé considérablement juste avant l'invasion du 20 mars 2003 et, par la suite, avaient repris 15 % du 11 mars jusqu'à la fin avril, une fois la confirmation que l'invasion serait exécutée avec succès.

De son creux, le 11 mars 2003, l'indice du S&P 500 augmentait de 26 % durant les trois prochains mois. De façon similaire, en 2009, le S&P 500 a augmenté de 28 % en sept semaines depuis son creux du 9 mars. Les effets du SRAS ont été limités sur les marchés américains et mondiaux puisque aucun décès n'a eu lieu aux États-Unis. Les effets du SRAS ont été plus importants au Canada, où le virus a causé la mort de 44 personnes et handicapé considérablement le secteur du transport à Toronto. Au moment où nous rédigeons cette chronique, les effets de la grippe porcine sur les marchés boursiers semblent limités. Par contre, la situation pourrait changer rapidement si le nombre de décès augmente en Amérique du Nord. Ce phénomène pourrait affecter les habitudes de travail et de loisirs des consommateurs. À suivre de près...

Chacun des conseillers de Valeurs mobilières Desjardins (VMD) dont le nom est publié en page frontispice du présent document ou au début de toute rubrique de ce même document atteste par la présente que les recommandations et les opinions exprimées aux présentes reflètent avec exactitude les points de vue personnels des conseillers à l’égard de la société et des titres faisant l’objet du présent document ainsi que de toute autre société ou tout autre titre mentionné au sein du présent document dont le conseiller suit l’évolution. Il est possible que VMD ait déjà publié des opinions différentes ou même contraires à ce qui est ici exprimé. Ces opinions sont le reflet des différents points de vue, hypothèses et méthodes d’analyse des conseillers qui les ont rédigées. Avant de prendre une décision de placement fondée sur les recommandations fournies au présent document, il est conseillé au receveur du document d’évaluer dans quelle mesure celles-ci lui conviennent, au regard de sa situation financière personnelle ainsi que de ses objectifs et besoins de placement.

Toutes les nouvelles Nouvelle précédente Nouvelle suivante

Haut de page