Toutes les nouvelles

États-Unis: une autre bonne croissance du PIB réel au troisième trimestre

Faits saillants

  • Le PIB réel a augmenté de 3,5 % à rythme annualisé au troisième trimestre de 2018, selon la première estimation des comptes nationaux. C’est un résultat légèrement inférieur au gain de 4,2 % obtenu au printemps. La demande intérieure finale a progressé de 3,1 %.
  • La consommation réelle a augmenté de 4,0 % au troisième trimestre, le meilleur résultat depuis l’automne 2014. On observe une hausse de 6,9 % du côté des biens durables, un gain de 5,2 % pour les biens non durables et une croissance de 3,2 % pour les services.
  • L’investissement fixe non résidentiel des entreprises a ralenti avec une hausse de seulement 0,8 %. Cette plus faible croissance depuis la fin de 2016 provient surtout d’une chute de 7,9 % de la construction non résidentielle. L’investissement en équipement n’a crû que de 0,4 % après une hausse de 4,6 % au printemps. L’investissement résidentiel a reculé de 4,0 %. La variation des stocks est passée de -36,8 G$ US à +76,3 G$ US, ce qui a ajouté 2,07 points de pourcentage à la croissance du PIB réel.
  • Le secteur extérieur a contribué négativement à la croissance avec une contraction de 3,5 % des exportations réelles et un bond de 9,1 % des importations réelles. La contribution des exportations nettes est de -1,78 point.
  • Les dépenses gouvernementales ont augmenté de 3,3 %, ce qui est nettement plus que prévu.

Commentaires

La croissance du PIB réel au troisième trimestre est conforme aux attentes. La progression a légèrement ralenti par rapport au fort gain de 4,2 % enregistré au printemps, mais une hausse de 3,5 % demeure très vigoureuse. Excluant le résultat du deuxième trimestre, c’est la plus forte croissance depuis l’été 2014. C’est aussi pratiquement le double de la croissance du PIB potentiel tel qu’estimé par le Congressional Budget Office.

Toujours appuyée par les baisses d’impôt, et surtout par la bonne performance du marché du travail, la consommation a très bien évolué. La même chose ne peut pas se dire de l’investissement des entreprises, qui ont pourtant elles aussi profité de baisses d’impôt substantielles. Considérant la bonne tenue des indices ISM, le gain de 0,4 % des investissements en équipement est particulièrement décevant. Il faut aussi retenir que l’investissement résidentiel en est à sa cinquième baisse en six trimestres. Le rebond des stocks des entreprises et le revers des exportations nettes représentent l’effet miroir des mouvements enregistrés ce printemps.

Implications

La bonne tenue du PIB réel ne constitue pas une surprise et la Réserve fédérale devrait poursuivre son rythme trimestriel des hausses de taux directeurs.

Auteurs: 
Francis Généreux, économiste principal

Lire la nouvelle dans son entièreté.

Chacun des conseillers de Valeurs mobilières Desjardins (VMD) dont le nom est publié en page frontispice du présent document ou au début de toute rubrique de ce même document atteste par la présente que les recommandations et les opinions exprimées aux présentes reflètent avec exactitude les points de vue personnels des conseillers à l’égard de la société et des titres faisant l’objet du présent document ainsi que de toute autre société ou tout autre titre mentionné au sein du présent document dont le conseiller suit l’évolution. Il est possible que VMD ait déjà publié des opinions différentes ou même contraires à ce qui est ici exprimé. Ces opinions sont le reflet des différents points de vue, hypothèses et méthodes d’analyse des conseillers qui les ont rédigées. Avant de prendre une décision de placement fondée sur les recommandations fournies au présent document, il est conseillé au receveur du document d’évaluer dans quelle mesure celles-ci lui conviennent, au regard de sa situation financière personnelle ainsi que de ses objectifs et besoins de placement.

Toutes les nouvelles Nouvelle précédente Nouvelle suivante

Haut de page