Toutes les nouvelles

Escalade moins importante que prévu des mesures protectionnistes

Les tarifs américains de 10 % sur 200 G$ US de biens chinois annoncés au début de la semaine ont été plus modérés que les tarifs de 25 % attendus par les investisseurs. La Chine a répliqué avec des tarifs de 5 % à 10 % sur 60 G$ US de biens américains et aurait jusqu’au 1er janvier 2019 pour s’entendre avec les États-Unis afin d’éviter le passage des tarifs de 10 % à 25 %. Jeudi, une rumeur selon laquelle la Chine diminuerait ses taxes à l’importation en octobre a aussi alimenté l’espoir d’un affaiblissement des tensions commerciales. Ces nouvelles ont aidé les marchés boursiers qui ont surtout progressé mardi et jeudi. Une série de facteurs positifs, tels qu’un projet d’expansion d’Amazon, l’amélioration temporaire des négociations du Brexit et les faibles demandes initiales d’assurance-chômage, ont aussi contribué à l’élan observé jeudi. L’indice du S&P 500 affichait un gain hebdomadaire d’un peu plus de 1 % vendredi matin. Le marché boursier canadien était aussi en hausse cette semaine. L’augmentation des prix du pétrole a été un point positif supplémentaire pour l’indice du S&P/TSX qui gagnait environ 1,5 % sur la semaine au moment d’écrire ces lignes.

Les taux obligataires ont aussi profité de l’optimisme des investisseurs. Aux États-Unis, le taux de dix ans affichait des gains plus importants que celui de deux ans, ce qui reflète davantage les bonnes données économiques de cette année et le resserrement monétaire de la Réserve fédérale. Les taux de deux ans et de dix ans se plaçaient autour de 2,80 % et 3,05 % respectivement vendredi matin. Les taux ont aussi augmenté au Canada. Le taux de deux ans s’affichait aux environs de 2,20 % et celui de dix ans était près de 2,40 %.

L’optimisme ambiant sur les marchés a pénalisé le dollar américain. Il a surtout perdu du terrain durant les séances de lundi et de jeudi. Le dollar canadien n’a pas profité de la baisse du billet vert lundi, mais s’est davantage apprécié mardi et mercredi pour s’installer aux alentours de 0,775 $ US. Le mouvement du huard a coïncidé avec la progression des prix du pétrole. Des attentes plus élevées en matière de hausses des taux directeurs au Canada ont aussi donné un coup de pouce. Quant aux autres devises, on a pu constater un élan important de l’euro et de la livre en amont de négociations sur le Brexit. Cependant, cet élan s’est estompé vendredi. L’euro, qui avoisinait 1,18 $ US jeudi, valait moins de 1,175 au moment d’écrire ces lignes. La livre sterling est passée de près de 1,33 $ US à moins de 1,31 $ US sur la même période.

Auteurs: 
Hendrix Vachon, économiste principal
Carine Bergevin-Chammah, économiste

Lire la nouvelle dans son entièreté.

Chacun des conseillers de Valeurs mobilières Desjardins (VMD) dont le nom est publié en page frontispice du présent document ou au début de toute rubrique de ce même document atteste par la présente que les recommandations et les opinions exprimées aux présentes reflètent avec exactitude les points de vue personnels des conseillers à l’égard de la société et des titres faisant l’objet du présent document ainsi que de toute autre société ou tout autre titre mentionné au sein du présent document dont le conseiller suit l’évolution. Il est possible que VMD ait déjà publié des opinions différentes ou même contraires à ce qui est ici exprimé. Ces opinions sont le reflet des différents points de vue, hypothèses et méthodes d’analyse des conseillers qui les ont rédigées. Avant de prendre une décision de placement fondée sur les recommandations fournies au présent document, il est conseillé au receveur du document d’évaluer dans quelle mesure celles-ci lui conviennent, au regard de sa situation financière personnelle ainsi que de ses objectifs et besoins de placement.

Toutes les nouvelles Nouvelle précédente Nouvelle suivante

Haut de page