Toutes les nouvelles

Portefeuilles Série globale - Lettre trimestrielle T3 2018

Au cours du troisième trimestre de 2018, les principaux indices boursiers internationaux ont profité de la vigueur des marchés américains pour enregistrer une performance positive. Dès lors, ils ont consolidé les gains modestes accumulés durant le premier semestre de l’année.

Les indices S&P/TSX (Canada), S&P 500 (États-Unis) et MSCI ACWI ont généré des rendements respectifs de -0,6 %, 6,0 % et 2,8 % (en dollars canadiens) au cours de la période de trois mois se terminant le 30 septembre 2018.

D’entrée de jeu, les principales places boursières de la planète ont tiré profit des effets bénéfiques de la croissance mondiale, de la vigueur de l’économie américaine et du sentiment d’optimisme général qui pousse les investisseurs à se tourner vers les actifs risqués malgré l’incertitude ambiante. Toutefois, les indices des marchés émergents ont obtenu les pires performances, et ce, pour un second trimestre consécutif. En effet, la valorisation de la devise américaine, la chute du prix des matières premières et la menace d’une guerre commerciale ont pour effet d’inciter les investisseurs à délaisser les marchés émergents. Ailleurs, les marchés boursiers du Vieux Continent continuent de stagner. Malgré des valorisations relatives avantageuses, ceux-ci n’ont engrangé que peu de profits et présentent un déficit pour 2018.

En août, les tensions géopolitiques en Turquie et la baisse marquée du prix de certaines matières premières ont nui à la progression des marchés internationaux sans, toutefois, ébranler les indices américains. En effet, le cycle haussier actuel est devenu officiellement le plus long de l’histoire lorsque le S&P 500 a franchi le cap des 3 453 jours sans baisse de plus de 20 %. Apple a également marqué l’histoire en surpassant les 1 000 milliards de dollars de capitalisation boursière.

L’escalade des tensions relatives aux échanges commerciaux, la hausse imminente des taux d’intérêt américains et les développements entourant les élections de mi-mandat aux États-Unis demeurent des facteurs de risque. Du côté du marché obligataire canadien, le mouvement haussier des taux d’intérêt de court terme aura été imité dans la partie plus longue de la courbe de rendement des obligations du gouvernement fédéral, et ce, durant tout le trimestre. Ainsi, les taux obligataires de terme 10 ans terminent en hausse de 25 points de base pour atteindre 2,42 %, un sommet des 20 derniers trimestres. Les bonnes nouvelles économiques aux États-Unis appuyées par des hausses soutenues des taux directeurs expliquent principalement cette tendance. La valorisation des obligations de sociétés demeure peu attrayante en cette fin de cycle en raison de la compression des écarts de crédit.

Au cours du trimestre, la répartition d’actifs a ajouté de la valeur dans les portefeuilles Série Globale. Notre orientation plus prudente envers la classe d’actifs à revenu fixe, en réponse à la hausse des taux d’intérêt, a contribué à la performance. Par ailleurs, la surpondération au marché boursier canadien a retranché de la valeur, notamment en raison des délais dans les négociations d’une entente commerciale entre les États-Unis, le Canada et le Mexique qui a atteint son point culminant en fin de trimestre. L’indice des prix du pétrole canadien a également souffert du revirement inattendu à la suite de l’annulation, par la Cour d’appel fédérale, du décret permettant l’expansion du projet du pipeline Trans Mountain, ce qui a affecté les rendements du secteur de l’énergie. En revanche, l’allocation favorable au marché boursier américain a contribué à la valeur ajoutée.

La performance du portefeuille d’actions canadiennes a été inférieure à son indice de référence. Parmi les titres gagnants, soulignons la performance d’Alimentation Couche-Tard (+13,5 %). Le titre d’Alimentation Couche-Tard a bondi à la suite de résultats trimestriels surpassant les attentes à différents niveaux. Entre autres, la compagnie a connu une hausse des ventes par magasin comparable aux États-Unis, surpassant les attentes et réduisant ainsi les inquiétudes des investisseurs à l’égard de la croissance organique de l’entreprise. La surpondération du secteur financier a aussi été favorable à la performance relative. Notons la performance d’Intact (+15,9 %). Parmi les facteurs défavorables, soulignons la performance décevante de Goldcorp (-26,9 %) et de Teck Resources (-6,9 %). En effet, le secteur des matériaux a offert une piètre performance durant le trimestre. Les guerres commerciales américaines ont eu pour effet simultané d’accroître la nervosité des investisseurs quant à la Chine et des marchés émergents en général, et de stimuler une valorisation de la devise américaine. Cette combinaison est largement défavorable aux prix de plusieurs matières premières tant du côté des métaux de base que du côté des métaux précieux. De plus, l’absence de titres du secteur du cannabis dans le portefeuille a nui à la performance relative. Les titres du secteur ont été propulsés à la hausse à la suite de l’augmentation de la participation du géant Constellation Brands dans Canopy Growth (+67 %).

  3 mois AAJ 1 an 3 ans 5 ans 2017 2016 2015 2014 2013
Compte type 1 -0,1 % 1,2 % 4,7 % 6,4 % 5,8 % 6,1 % 9,2 % 1,6 % 6,7 % 8,8 %
Indice de référence 2 0,0 % 2,1 % 5,7 % 6,4 % 7,2 % 7,5 % 7,3 % 3,8 % 10,7 % 10,0 %
Écart -0,2 % -0,9 % -1,0 % 0,0 % -1,4 % -1,4 % 1,9 % -2,2 % -4,0 % -1,2 %

Le rendement de chaque portefeuille représente le rendement du portefeuille modèle. Ainsi, le rendement réel obtenu par l’investisseur peut varier en fonction du moment de l’investissement. Le rendement de chaque portefeuille est comparé à un indice de référence qui lui est propre. Les données mensuelles des indices de référence proviennent de Valeurs mobilières Desjardins. Tous ces résultats ne tiennent pas compte des frais de gestion. Ces données font état des rendements passés et elles ne sont pas indicatives du rendement futur.

À court terme, les tensions liées aux guerres commerciales potentielles et le resserrement de la politique monétaire par la Réserve fédérale américaine continueront d’alimenter les craintes des investisseurs qui s’interrogent toujours sur la pérennité du cycle haussier. Pourtant, les indicateurs économiques et les bénéfices des sociétés demeurent solides. Néanmoins, ces phénomènes nous amènent à poser un constat d’équilibre précaire dans le sentiment des investisseurs qui pourrait mener à une période de volatilité accrue. La stratégie de positionnement demeure donc largement défensive en maintenant un biais neutre sur les écarts pour la majorité des bourses mondiales.

L'Équipe de gestion de portefeuille
DESJARDINS GESTION INTERNATIONALE D'ACTIFS (DGIA)

Chacun des conseillers de Valeurs mobilières Desjardins (VMD) dont le nom est publié en page frontispice du présent document ou au début de toute rubrique de ce même document atteste par la présente que les recommandations et les opinions exprimées aux présentes reflètent avec exactitude les points de vue personnels des conseillers à l’égard de la société et des titres faisant l’objet du présent document ainsi que de toute autre société ou tout autre titre mentionné au sein du présent document dont le conseiller suit l’évolution. Il est possible que VMD ait déjà publié des opinions différentes ou même contraires à ce qui est ici exprimé. Ces opinions sont le reflet des différents points de vue, hypothèses et méthodes d’analyse des conseillers qui les ont rédigées. Avant de prendre une décision de placement fondée sur les recommandations fournies au présent document, il est conseillé au receveur du document d’évaluer dans quelle mesure celles-ci lui conviennent, au regard de sa situation financière personnelle ainsi que de ses objectifs et besoins de placement.

  1. Le compte type est un compte réel équilibré (50 % en actions et 50 % en revenu fixe). La performance est calculée avant le prélèvement des honoraires de gestion facturés au client.Return to footnote 1 referrer
  2. L’indice de référence est composé des indices FTSE TMX Canada Universe Bond (50 % en obligations canadiennes), S&P/TSX (25 % en actions canadiennes) et MSCI All Country World (25 % en actions internationales).Return to footnote 3 referrer

Toutes les nouvelles Nouvelle précédente Nouvelle suivante

Haut de page