Voir toutes les publications

Bulletin trimestriel Hagerman-Archambault

À la fin du troisième trimestre 2018, le cycle économique se porte assez bien, malgré la volatilité des marchés observée dans les dernières semaines. En fait, le cycle pourrait s’étirer jusqu’en 2020, voire 2021. Certes vulnérable aux effets d’une longue liste d’impondérables, l’économie mondiale devrait poursuivre sa course au rythme de 3,8 % en 2018, puis en 2019. L’effet d’entraînement des États-Unis continuera à se faire sentir dans le reste du monde d’ici la fin du cycle.

Globalement, la conjoncture macro-économique favorise la prolongation du cycle en donnant un énième souffle aux ménages et aux entreprises. Il faudra néanmoins porter une attention particulière aux consommateurs américains, qui feront face à une hausse des prix des biens importés et des taux de financement.

Le cycle d’investissement, qu’il soit en septième ou en neuvième manche, continuera à confondre ses détracteurs. Le S&P 500, ayant atteint un nouveau record de durée en août, tentera de se hisser sur la deuxième marche du podium pour son rendement. C’est un objectif ambitieux, mais rien n’est impossible, à en juger par son évolution depuis mars 2009.

Le contexte demeure favorable pour les actions des pays industrialisés. L’indice S&P 500 continuera à se distinguer, mais il ne serait pas étonnant que l’Euro Stoxx et le Nikkei s’échangent la position de tête en 2019. Une phase de rattrapage pour le TSX est envisageable. Maintenant que le Canada a rejoint les rangs des États-Unis et du Mexique, le dynamisme de l’économie, des politiques monétaires et fiscales stimulantes et la hausse du pétrole retiendront l’attention des investisseurs. Les pays émergents seront aussi à surveiller, mais ils devront d’abord convaincre les investisseurs que les risques de contagion systémique sont contenus.

Pour le revenu fixe, le contexte est plutôt défavorable. La perspective d’une hausse des salaires et de l’inflation, combinée à l’effet de politiques commerciales protectionnistes, incitera les investisseurs à se rallier aux prévisions de la Fed, ce qui causera une hausse généralisée des taux d’intérêt d’ici la fin du cycle.

La Banque du Canada continuera à réduire le degré de détente monétaire, mais à un rythme de normalisation moins soutenu qu’aux États-Unis. En Europe, la BCE mettra un terme à ses achats quantitatifs et relèvera son taux directeur en 2019. Au Japon, le statu quo sera maintenu.

Sur un horizon de 12 à 18 mois la stratégie d’investissement est empreinte d’un optimisme prudent et sélectif en prévision d’une fin de cycle. Il sera important de gérer les attentes en matière de rendement. D’une part, il faudra composer avec une remontée des taux d’intérêt et une baisse de la valeur des obligations en portefeuille. D’autre part, le contexte économique et financier sera propice à une appréciation d’environ 5 à 6 % des principales bourses. Dans ce contexte, pour les portefeuilles en gestion discrétionnaire, nous mettrons l’accent sur l’optimisation de la répartition entre les pays, les secteurs et les styles, mais aussi de la stratégie de change. Cependant, dans une fin de cycle étirée, il faut surtout garder le contrôle sur les émotions!

Chacun des conseillers de Valeurs mobilières Desjardins (VMD) dont le nom est publié en page frontispice du présent document ou au début de toute rubrique de ce même document atteste par la présente que les recommandations et les opinions exprimées aux présentes reflètent avec exactitude les points de vue personnels des conseillers à l’égard de la société et des titres faisant l’objet du présent document ainsi que de toute autre société ou tout autre titre mentionné au sein du présent document dont le conseiller suit l’évolution. Il est possible que VMD ait déjà publié des opinions différentes ou même contraires à ce qui est ici exprimé. Ces opinions sont le reflet des différents points de vue, hypothèses et méthodes d’analyse des conseillers qui les ont rédigées. Avant de prendre une décision de placement fondée sur les recommandations fournies au présent document, il est conseillé au receveur du document d’évaluer dans quelle mesure celles-ci lui conviennent, au regard de sa situation financière personnelle ainsi que de ses objectifs et besoins de placement.

Voir toutes les publications Publication précédente

Haut de page