Voir toutes les publications

Bulletin trimestriel – Premier trimestre 2019

Ne soyez pas surpris, mais...

Nous répétons à nos clients de ne pas regarder leurs placements trop souvent pour éviter d’être déstabilisés par la volatilité à court terme. Mais, quand « souvent » devient-il « trop souvent » ? Si vous aviez jeté un coup d’œil à votre relevé de compte à la fin de septembre 2018, puis à la fin mars 2019, vous auriez constaté que sa valeur a peu changé, peu importe nos portefeuilles discrétionnaires. Par contre, si vous aviez constamment examiné les marchés au cours des six derniers mois, vous auriez pleinement su à quel point les marchés peuvent être volatils.

Décembre 2018 a été le pire mois jamais enregistré par le S&P 500 et le pire trimestre qu’ont connu les marchés en 10 ans. En revanche, le début de 2019 en a été l’opposé et, si la tendance se maintient, l’indice baromètre de Wall Street (le S&P 500) est sur le point d’enregistrer une hausse de plus de 16 %, soit son meilleur trimestre en 10 ans et le meilleur début d’année depuis 1998. En l’absence de récession, le marché des actions a tendance à récupérer rapidement ses pertes.

Le « temps » est relatif. Pour l’investisseur patient, c’est toujours une question de « temps sur les marchés », et non d’« anticiper les marchés ». Le marché des actions présente des perspectives favorables ; il n’y a pas eu de période de 20 ans où le rendement total des actions n’a pas été positif. Cependant, nous savons que la plupart des investisseurs céderont et vendront lorsque les marchés baissent et achèteront lorsqu’ils atteignent leur sommet. Prenons par exemple la période entre 1995 et 2014 ; le rendement annuel moyen d’un portefeuille équilibré (60/40 actions et obligations) était de 8,7 % comparativement au rendement moyen des investisseurs qui était de 2,5 %1 . C’est aussi pourquoi notre travail comme gestionnaires de portefeuille consiste certes à gérer de l’argent, mais il s’agit surtout de gérer les émotions de nos clients. Cela a été d’autant plus vrai durant la crise financière de 2007–2008. Les clients à qui nous avons conseillé de conserver leurs placements et d’attendre que la tempête passe ont récupéré leurs pertes dans les quatre ans qui ont suivi. Et ceux qui ont pu acheter durant cette période ont fait beaucoup d’argent !

À quelle fréquence devriez-vous regarder vos portefeuilles ? Des études aléatoires montrent que la possibilité de voir un rendement positif sur vos portefeuilles est de 93 % si vous n’y jetez un coup d’œil qu’une fois par année. Ce pourcentage chute à 67 % si vous les examinez tous les mois et à 54 % si vous les consultez tous les jours2.

L’année 2019 a connu un excellent départ et nous sommes ravis de voir des rendements positifs. Mais à quoi devons-nous nous attendre pour le reste de l’année ? Nous réitérons que nous faisons preuve d’un optimisme prudent, même avec la volatilité des derniers mois. Compte tenu du ralentissement plus marqué en Chine, le récent renversement de la courbe de taux aux États-Unis (10 ans/3 mois) et la contraction probable des bénéfices des sociétés américaines en 2019, nous croyons cependant que les prochains trimestres offriront des rendements beaucoup plus faibles à Wall Street.

J’ai récemment participé à des conférences, tant au Canada qu’à l’étranger. Ma lecture des prévisions générales consiste à jouer de prudence et à adopter une approche légèrement plus défensive, surtout à cause de l’omniprésence de certains risques géopolitiques. Dernièrement, nous avons réduit la pondération des actions dans nos portefeuilles pour la ramener aux cibles (veuillez lire notre analyse du rendement de nos portefeuilles discrétionnaires). Alors que ce marché haussier vieillissant se poursuit, il vaut mieux se préparer pour les prochains soubresauts et, ultimement, le prochain cycle.

  1. J.P. Morgan Asset Management, Diversification and the Average Investor, décembre 2015Return to footnote 1 referrer
  2. Taleb, Nassim Nicholas. Fooled by Randomness: The Hidden Role of Chance in Life and the Markets. 2e éd. New York: Thomson, 2004Return to footnote 3 referrer

Chacun des conseillers de Valeurs mobilières Desjardins (VMD) dont le nom est publié en page frontispice du présent document ou au début de toute rubrique de ce même document atteste par la présente que les recommandations et les opinions exprimées aux présentes reflètent avec exactitude les points de vue personnels des conseillers à l’égard de la société et des titres faisant l’objet du présent document ainsi que de toute autre société ou tout autre titre mentionné au sein du présent document dont le conseiller suit l’évolution. Il est possible que VMD ait déjà publié des opinions différentes ou même contraires à ce qui est ici exprimé. Ces opinions sont le reflet des différents points de vue, hypothèses et méthodes d’analyse des conseillers qui les ont rédigées. Avant de prendre une décision de placement fondée sur les recommandations fournies au présent document, il est conseillé au receveur du document d’évaluer dans quelle mesure celles-ci lui conviennent, au regard de sa situation financière personnelle ainsi que de ses objectifs et besoins de placement.

Voir toutes les publications Publication précédente

Haut de page