Toutes les nouvelles

Ceinture blanche

Avant de commencer l’entraînement pour la ceinture blanche, il faut définir ce qu’est le bien-être financier (wealthness) qu’on désire atteindre en tant qu’investisseur ceinture noire.

Alors, qu’est-ce que ce bien-être financier? C’est entretenir une relation raisonnée avec l’argent, pour pouvoir vivre une relation saine avec son environnement. Ce sentiment de bien-être, on y parvient en se fixant des objectifs financiers et en maintenant le calme, la confiance et la détermination nécessaires pour les atteindre. Ce sentiment permet de ne pas être tiraillé ou anxieux au moment de faire de gros achats et de ne pas s’inquiéter des habitudes de dépense de son conjoint. C’est aussi être capable de parler ouvertement et franchement d’argent et de ses préoccupations financières avec ses proches. Atteindre le bien-être financier, c’est savoir qu’on dispose d’assez d’argent pour réaliser ses projets financiers et reconnaître que toute réalisation au-delà de cet objectif est un cadeau de la vie.

Ceinture blanche : créer votre dojo financier

En tant que ceinture blanche, votre premier pas est de créer votre dojo financier, soit un espace réservé, dans votre foyer, à la gestion de vos finances ‒ c’est-à-dire au paiement de factures d’électricité, à l’élaboration d’un budget mensuel et aux conversations avec votre conseiller ‒, et ce, dans le but de devenir un investisseur ceinture noire.

  • Règle numéro un : Avoir un espace réservé exclusivement à votre dojo financier; ce qui facilite la concentration et favorise la productivité. Vos outils doivent être regroupés à un même endroit afin d’éviter que quelqu’un déplace vos papiers sans que vous ne soyez au courant. Choisissez un bureau ou une table que les autres membres de la famille n’utilisent pas, ou encore le tiroir d’un bureau pour y ranger tous vos documents financiers.
  • Règle numéro deux : Gardez votre dojo propre. Prenez l’engagement, envers vous-même, de ranger immédiatement tout document que vous introduisez dans votre dojo. Le désordre nuit à la clarté de la réflexion. La technologie permet aujourd’hui de remplacer le papier par des fichiers, alors n’hésitez pas à simplifier et rationaliser. Certaines factures devraient continuer à vous parvenir par la poste, celles de vos cartes de crédit, par exemple, sinon il y a de fortes chances que les fichiers ne soient jamais ouverts. Enfin, assurez-vous d’avoir une copie de tous les fichiers liés à votre dojo.
  • Règle numéro trois : Soyez ponctuel. Fixez un moment chaque mois pour examiner vos relevés et vos factures, saisir dans votre système les sommes d’argent qui entrent et qui sortent, et effectuer tout autre calcul que vous aurez intégré dans votre routine financière. Réservez le même jour et la même heure, chaque mois. La discipline est un gage de liberté. En exécutant ces tâches au moment convenu, vous aurez l’esprit tranquille le reste du mois. Si vous devez reporter une tâche, créez un système de classement ou une liste pour ne pas oublier de la faire à l’occasion de votre prochaine séance. Évitez les heures tardives. Essayez d’être frais et dispos afin d’avoir les idées claires et d’être concentré. En entrant dans le dojo, le karatéka s’incline et se met à genou devant le maître avant le début de chaque séance. Puis il ferme les yeux et médite brièvement. Comme le veut la devise : « Pour réussir un entraînement au dojo, il faut être dans l’esprit du dojo. »
  • Règle numéro quatre : Pas d’alcool ni de drogue. Un karatéka ne devrait pas assister à un cours après avoir bu. Vous ne devriez donc jamais travailler sur vos finances, payer des factures ou parler à votre conseiller après avoir pris un verre. 
  • Règle numéro cinq : Dans un dojo de karaté, on ne tolère pas la critique. Si vous découvrez une dépense alarmante ou dérangeante, prenez-en note, puis terminez le travail en cours. Il faut éviter de semer la panique parmi les membres de votre famille chaque fois qu’ils vous voient entrer dans votre dojo financier. Si l’expérience devient négative, vous chercherez à éviter ces séances ou aurez la tentation de prendre un remontant avant de les amorcer.
  • Règle numéro six : Assurez-vous que tout votre matériel est en bon état de fonctionnement. Un karatéka ne s’engage jamais dans un combat avec du matériel pouvant compromettre sa sécurité. Des problèmes d’ordinateur ou d’imprimante peuvent causer beaucoup de frustration et vous empêcher d’accomplir vos tâches.

 

La négligence, surtout au début, fait partie de la donne. Ce n’est qu’après une pratique constante que l’habitude commence à se créer. Le deuxième précepte du maître de karaté Gishin Funakoshi stipule qu’il n’y a pas d’attaque dans le karaté. L’idée étant qu’à mesure que le karatéka s’exerce et étudie le karaté, il prend confiance en ses moyens et risque moins d’être celui qui engage la confrontation. (Des études démontrent que la pratique des arts martiaux réduit l’agressivité et les comportements asociaux.)

Cette première partie veut démontrer à quel point la routine, l’entraînement régulier et la sacralisation du dojo financier peuvent mener à un changement bien réel. À mesure qu’un karatéka s’entraîne et assimile la culture, il comprend que sa véritable force, c’est la liberté de ne jamais avoir à combattre.

Créer un dojo pour votre bien-être financier, c’est être fidèle aux rendez-vous et exécuter les tâches financières élémentaires. Tout comme un karatéka apprend le karaté pour ne pas avoir à combattre, vous vous transformerez : d’un être anxieux, pour tout ce qui a trait à l’argent, vous deviendrez une personne plus riche et plus charitable.

Chacun des conseillers de Valeurs mobilières Desjardins (VMD) dont le nom est publié en page frontispice du présent document ou au début de toute rubrique de ce même document atteste par la présente que les recommandations et les opinions exprimées aux présentes reflètent avec exactitude les points de vue personnels des conseillers à l’égard de la société et des titres faisant l’objet du présent document ainsi que de toute autre société ou tout autre titre mentionné au sein du présent document dont le conseiller suit l’évolution. Il est possible que VMD ait déjà publié des opinions différentes ou même contraires à ce qui est ici exprimé. Ces opinions sont le reflet des différents points de vue, hypothèses et méthodes d’analyse des conseillers qui les ont rédigées. Avant de prendre une décision de placement fondée sur les recommandations fournies au présent document, il est conseillé au receveur du document d’évaluer dans quelle mesure celles-ci lui conviennent, au regard de sa situation financière personnelle ainsi que de ses objectifs et besoins de placement.

Toutes les nouvelles

Haut de page